Articles les plus consultés

mardi 15 décembre 2015

Quels sont les tops des dernières régionales dans la Vienne ?

Qui a le plus voté, quelle commune a boudé le Front National, pourquoi Alain Rousset devrait aller habiter à Nérignac : tous les chiffres clés des dernières régionales sont réunis en une infographie instructive.



mercredi 2 décembre 2015

[CARTE INTERACTIVE] Le Tour de France passera-t-il devant votre porte en 2016 ?

Le Tour de France 2016 passera par Loudun, Châtellerault et Montmorillon en 2016. Grâce à notre carte, vous pouvez prendre connaissance du parcours rue par rue.

Ce sera le mardi 5 juillet lors de la 4e étape du Tour de France 2016 entre Saumur et Limoges. Entré par la D347 et Les Trois-Moutiers vers 12h, le peloton traversera Loudun Châtellerault et Montmorillon avant de quitter le département par Lathus aux alentours de 15h30. Pour savoir quelle routes et rues le Tour empruntera, il vous suffit de jeter un coup d'oeil sur notre carte. N'hésitez pas à zoomer !

mardi 24 novembre 2015

Des régionales très Net


Désormais, toute bonne campagne électorale s’accompagne d’une démarche numérique. Pour les régionales, chaque camp fourbit ses tweets et ses posts.
 > Virginie Calmels. Dans le camp de droite, on a mis le paquet avec des comptes un peu partout. Sur Twitter, d'abord, avec un compte personnel (@VirginieCalmels) que Virginie Calmels gère seule et deux autres comptes @AvecCalmels et @LesJeunesavecCalmels ainsi que des comptes dans les douze départements. « On s'est inspiré de la campagne d'Hillary Clinton qui a des comptes dans tous les Etats », explique Alexandre Fongaro, référent numérique. L'équipe organise aussi des directs durant lesquels Virginie Calmels répond aux tweets qui lui sont envoyés. Sur Facebook, l'équipe de campagne diffuse les actions de terrains, les passages dans les médias et les éléments de programme. « On est actifs mais on veille à ne pas trop en faire non plus », tempère Alexandre Fongaro. Le dispositif est complété par une chaîne YouTube, des comptes Flickr et Instagram.
" C'est plus important d'être sur Internet que de faire des réunions "
 > Françoise Coutant. Chez les Verts, on a d'abord fait avec l'existant en recensant les comptes des militants et candidats qui pourraient servir de relais. « Sur Twitter, on a déconseillé d'ouvrir de nouveaux comptes, explique Véronique Vidor, directrice de campagne. Le temps d'avoir suffisamment d'abonnés, la campagne aurait été finie. » Françoise Coutant s'est avant tout servie de son compte Twitter personnel (@Fcoutant) et de sa page Facebook, qu'elle alimente personnellement « en partie ». « C'est important de ne pas déléguer cela à un professsionnel. Il faut qu'elle garde une parole propre. » Et les réactions sont plutôt positives avec un doublement des abonnés sur Facebook et Twitter. « C'est plus important d'être présent sur Internet que de faire des réunions publiques qui ne rassemblent que vingt personnes. »
 > Jacques Colombier. Pour le candidat du Front national, les réseaux sociaux sont la possibilité d'une communication directe puisqu'« on n'a pas forcément accès à tous les médias », comme l'indique Gonzague Malherbe, chargé des actions militantes. Présent sur Twitter (@JColombierFN), sur Facebook (Colombier Jacques) et sur Youtube, le candidat FN n'est pas utilisateur direct mais « fait part » de ce qu'il veut communiquer. « On rentre plus facilement en contact avec des gens qui n'oseraient peut-être pas nous contacter directement. »
 > Alain Rousset. Le président de la Région Aquitaine a déjà une forte présence numérique avec un site « pédagogique et de proximité » et des comptes Twitter(@al_rousset) ou Facebook (Alain Rousset). Seul un compte Twitter « jeune » s'est ajouté pour la campagne (@avecRousset) ainsi que des comptes Instagram et YouTube. Mais ce n'est pas Alain Rousset lui-même qui les anime, une équipe de militants s'y consacre. « Il dicte ses tweets, commente Emilie Coutanceau, la directrice de campagne. Les réseaux sociaux servent à diffuser une communication positive. »
 Olivier Dartigolles (1). Le candidat du Front de gauche est présent sur Twitter (@Dartigolles), sur Facebook et via un site Internet
(www.dartigolles2015.fr).
 (1) Malgré plusieurs appels, nous n'avons pas pu joindre directement un membre de la campagne d'Olivier Dartigolles.

dimanche 1 novembre 2015

Ils vous ouvrent les portes de leur épicerie du passé


Josette et Hubert Goubard dans leur épicerie du parc des expositions.
Hubert et Josette Goubard se sont transformés en épiciers d’avant-guerre à l’occasion du salon Collection Passion. Dans leur magasin imaginaire, vous pouvez tout trouver.
 Des produits alimentaires, des cosmétiques, de la droguerie, des produits pour les chaussures, des bonbons… On peut (presque) tout trouver dans la petite épicerie qu'ont montée dans le hall du parc des expositions de Poitiers Hubert et Josette Goubard.
" On mangeait des pâtes et du chocolat pour les porte-clés "
Le couple de collectionneurs septuagénaire a déménagé les 4/5e de leur matériel d'épicier des années 1900 à 1950 pour en faire profiter les visiteurs du salon Collection passion. « Les gens viennent voir et ils disent " on a connu ça chez maman ". ça prend là » explique Hubert d'un geste montrant l'émotion que lui provoque les réactions du public.
Il faut dire que pour lui et Josette, la collection, c'est toute leur vie, sans trop savoir à quand cela remonte. « On s'est marié en 1963, on mangeait des pâtes et du chocolat pour avoir les porte-clés qui étaient vendus avec. On suppose que ça remonte à cette époque, mais on n'en sait rien. »
Aidés par un métier de brocanteur qu'ils ont exercé pendant 26 ans, le couple n'a cessé de collectionner : les œufs peints et chapelets pour madame, les produits d'épicerie et les objets en fer-blanc, ensemble. Ils ont d'ailleurs ouvert un musée du fer-blanc dans la Sarthe où ils habitent. « Notre chance, c'est d'être tous les deux collectionneurs, se réjouit Hubert. On s'entend très bien là dessus pas comme nombre de couples où c'est souvent un problème quand l'un collectionne et pas l'autre. »
Désormais à la retraite, le couple présente ses collections dans les salons, à raison d'une dizaine par an. « On était déjà venus il y a cinq ans à Poitiers, on est ravis d'avoir été à nouveau invités », se félicite Hubert. Et pour cause : juste à côté de l'entrée, ils ne pouvaient rêver meilleure place pour leur épicerie.
  A voir également en vidéo sur lanouvellerepublique.fr et centre-presse.fr. 31e salon national Collection Passion, au parc des expositions de Poitiers, 11 rue Salvador-Allende. Dimanche de 10 h à 18 h. Tarifs : 5 € pour les adultes, gratuit pour les mineurs. Contact : 06.12.75.96.30.


VIDEO. Poitiers : un épicier d'un autre temps... par lanouvellerepublique

mardi 27 octobre 2015

[LONG FORMAT] L'heure du thé

C'est toujours le bon moment de faire une pause thé : l'été pour se désaltérer, l'automne pour se faire du bien. Au travers d'une carte animée, retrouvez en six étapes le parcours dégustation que nous a proposé Marie-Laure Aveline cet été à Poitiers.

   

mercredi 30 septembre 2015

[INTERACTIF] Sur les chemins poitevins à petites foulées

Tout l'été, nous vous avons fait courir dans et autour de Poitiers au gré des six épisodes de notre rubrique estivale. Pour ne pas fléchir en cette rentrée, nous avons rassemblé les différents parcours et les articles qui les accompagnent sur une carte interactive.      

vendredi 4 septembre 2015

La Roche-Posay : il fait sa demande en mariage sur une visite virtuelle de Google

Propriétaire du château Valcreuse à La Roche-Posay dans la Vienne, Alexander Siera a profité de la réalisation d'une visite virtuelle du château réalisée via Google street view pour faire sa demande officielle en mariage.



"Je cherchais un moyen original pour faire ma demande." Alexander Siera, 47 ans, a pris le temps pour trouver la bonne idée. Dix ans déjà qu'il vit avec Caroline avec qui il a déjà eu deux enfants Arnaud, 3 ans, et Florence, 7 ans. Ce citoyen belge, qui a racheté depuis 9 ans le château Valcreuse à La Roche-Posay, pour en faire des chambres d'hôtes, a d'abord laissé faire le temps. "Au début, il n'était pas question de mariage. Et puis, on nous demandait souvent pourquoi on ne se mariait pas. On a eu une vie turbulente aussi." Quelques disparitions de proches lui ont aussi fait voir les choses autrement. Mais une fois sa décision prise, il a cherché la bonne idée pour pouvoir faire à Caroline une demande originale. L'idée est venue par hasard quand Gil Fourgeaud, photographe pour Google depuis quatre ans, installé dans l'Indre, est venu pour réaliser une visite virtuelle du château. "Je lui ai demandé si c'était possible que je me mette à un endroit avec une pancarte, et il a dit oui." "C'était la première fois qu'on me faisait une telle demande, c'était très émouvant", commente Gil Fourgeaud. Réalisée la semaine passée, la visite virtuelle est en ligne depuis ce week-end. "Un ami à nous a trouvé le panneau" explique Alexander Siera, qui a ensuite mis en scène "sa" surprise. "On a emmené les enfants à l'école, et j'ai dit à Caroline que j'avais découvert quelque chose sur la visite virtuelle. On l'a regardée ensemble et on l'a terminée sur la photo. Elle a été très surprise. Et elle a dit oui." Le mariage, bien réel, devrait donc avoir lieu l'an prochain, au château. Si la demande d'Alexander Siera semble être unique en France, il n'est pas le premier à l'avoir fait. En 2008, un Californien s'était posté au passage de la Google car, réalisant les photos pour Street view, avec une "demande 2.0" Il semblerait également que Google Street View ait capté involontairement en 2013 une demande de mariage en pleine rue.

jeudi 3 septembre 2015

Un député disparaît un sénateur réapparaît


Il y a un an, la rentrée se faisait sous des mauvais auspices économiques.
Il y a un an, la rentrée se faisait sous des mauvais auspices économiques.
Il y a dix ans, Jean-Pierre Raffarin tentait de récupérer son siège au Sénat. Et le député Robert Gourault décédait voilà 40 ans.
C'était il y a un an
Le 1erA l'image de Federal Mogul, la Vienne souffre en cette rentrée avec 80 emplois supprimés à CEIT Loudun et des inquiétudes pour la plate-forme de La Poste et Altia à Chasseneuil.
Le 2. Un adolescent de 14 ans est interpellé à Châtellerault à bord d'une voiture familiale et à contresens.
Le 3. C'est le bilan météo de l'été : avec des températures maximum de 26,3° à Poitiers et trois fois plus de pluie, l'été 2014 fera date.
Le 4. Châtellerault, on célèbre les 70 ans de la libération de la ville.
Le 5. Battu aux dernières municipales, l'ex-maire de Loudun Eleftérios Bénas est parti pour les Caraïbes. Il a néanmoins conservé son mandat au conseil général de la Vienne.
Le 6. Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve en déplacement à Poitiers se présente en garant des valeurs républicaines.
C'était il y a 10 ans
Le 31. Dominique Hummel, président du directoire du Futuroscope, a l'espoir de frôler " le petit équilibre " financier après avoir dressé un premier bilan d'une saison plutôt satisfaisante.
Le 1er. En plein centre-ville de Poitiers, les démineurs de La Rochelle interviennent pour une valise vide, oubliée dans la rue.
Le 2. Il y avait La Hune, voici le Dortoir des Moines. Saint-Benoît s'offre une seconde salle de spectacles.
Le 3. La campagne bat son plein pour Jean-Pierre Raffarin qui tente de récupérer son siège de sénateur après avoir quitté celui de premier ministre.
Le 5. Châtellerault, se pose la question de la construction d'une médiathèque. Centre-ville ou Châteauneuf, les pistes sont à l'étude.
Le 6. La Roche-Posay, on se prépare à accueillir pour la première fois le festival « Les Vacances de Monsieur Haydn ».
C'était il y a 40 ans
Le 1erDécès de Robert Gourault député de Châtellerault-Loudun, âgé de 61 ans. Suppléant de Pierre Abelin, il était devenu titulaire à la suite de l'entrée au gouvernement du maire de Châtellerault.
Le 2. A Poitiers, un immeuble situé à l'angle des rues Edouard-Grimaux et Gaston-Hulin est abattu pour y reconstruire un immeuble moderne.
Le 3. Obsèques de Robert Gourault, à Vézières dont il était maire, en présence du ministre de la Coopération Pierre Abelin.
Le 4. Ouverture à Poitiers du nouveau tronçon de la pénétrante enjambant le boulevard De-Lattre-de-Tassigny.
Le 5. Les artisans ruraux ouvrent leur 63e congrès national à Poitiers.
Le 6. 30.000 chasseurs de la Vienne prêts pour l'ouverture.

mardi 1 septembre 2015

On va (peut-être) pouvoir faire du paintball chez soi

Corentin Minet et Achille Wahart, prêts à se lancer à l'extérieur.

Corentin Minet et Achille Wahart, prêts à se lancer à l'extérieur.
C’est le projet du propriétaire de l’Urban paintball de Poitiers : créer une structure mobile pour professionnels et particuliers. Un appel aux dons est lancé.
Tout est parti d'une demande du Creps de Boivre. Le Centre de ressources, d'expertise et de performance sportives de Vouneuil-sous-Biard souhaitait organiser un après-midi paintball à la fin d'une longue formation, histoire de se quitter sur une bonne note. Les dirigeants ont tout naturellement fait appel à l'Urban paintball. « On ne l'avait jamais fait et le délai était très court », rappelle Corentin Minet, propriétaire depuis le mois de mai d'Urbain paintball, espace de jeu situé dans la zone de la Pointe-à-Miteau à Poitiers. « Mais on a réussi à organiser 3 heures de paintball. »
Puis, c'est la Gamers assembly qui fait appel à Corentin Minet pour y organiser quelques parties. « On a fait ça avec des jeux de palettes sur le parking du parc des expositions. » Chemin faisant, le jeune entrepreneur s'est aussi dit qu'il y avait peut-être quelque chose à créer. « La demande semblait être là mais on ne pouvait pas déplacer 300 palettes à chaque fois », explique-t-il.
Il s'est donc mis en quête d'une structure mobile qu'il pourrait proposer ensuite dans le département. Après quelques recherches, il s'est vite avéré que le moins coûteux serait de le fabriquer soi-même. Avec Achille Wahart, associé dans l'opération, il passe donc son temps libre à construire des mats de fer de 6 mètres qui permettront de tendre le filet nécessaire pour éviter l'éparpillement des balles de peinture. Mais avec les obstacles gonflables et le camion nécessaire au transport du matériel, la facture grimpe vite : 8.500 € ont-ils chiffré. Difficile quand on vient juste de reprendre son entreprise.
C'est tout naturellement qu'ils ont donc pensé à un financement participatif. « Le but est de financer le projet,explique Corentin Minet, et de créer une communauté autour. » Déposé sur le site Bulb in town, le projet est ouvert jusqu'au 30 septembre et permettra aux souscripteurs de recevoir des sessions en échange. L'objectif avoué serait d'être prêt en vue du salon Look & Tattoo qui aura lieu du 25 au 27 septembre au château de la Mothe en Poitou auquel participera Urban paintball.
" Pour un anniversaire ça vous fait 20 € par personne "
Ensuite, si tout va bien, commencera la commercialisation, avec des devis allant de 800 à 1.500€ suivant la taille et la durée pour un maximum de 100 personnes. Une offre davantage orientée vers les entreprises ? « Ça peut tout à fait convenir à des particuliers, objecte Corentin Minet. Si vous êtes 40 pour un anniversaire, ça vous fait 20 € par personne. C'est tout à fait réalisable. » Alors, une petite partie de paintball dans votre jardin, ça vous dit ?
Projet sur bulbintown.com. Renseignements au 05.49.111.000.
Laurent Gaudens

lundi 24 août 2015

Ils ont trotté sous le soleil


Le prix de La Nouvelle République et Centre Presse a été remis en fin d'après-midi.
La météo incertaine a joué des siennes à l’hippodrome de La Roche-Posay. Avec, au final, une journée qui conforte la place hippique de la Vienne.
C'est un ouf de soulagement qu'a pu pousser hier en fin d'après-midi Jean-Pierre Quillet. Le président de la société des courses de La Roche-Posay a scruté le ciel avec inquiétude tout au long de la journée, les bulletins météo n'étant guère favorables. Mais, au final, les huit courses de trot prévues pour cette cinquième journée se sont toutes déroulées au sec. Pour autant, la météo a malgré tout fait quelques dégâts. « Certains ont dû avoir peur et ont préféré ne pas venir », expliquait Jean-Pierre Quillet, au regard des chiffres de la journée : 1.000 entrées payantes, c'est 200 à 300 de moins que lors des deux dernières journées.
Il pourra malgré tout se rassurer avec le plateau réuni. Hormis la première qui ne comptait que sept partants, toutes les courses enregistraient une quinzaine d'équipages. De quoi conforter la place rochelaise avant une année 2016 qui risque d'être cruelle pour le monde hippique. La baisse des paris aidant, 350 courses pourraient être amenées à disparaître l'an prochain. « Il ne faut pas rêver, témoigne Jean-Pierre Quillet, sur les 240 hippodromes que compte le pays, une cinquantaine devrait disparaître. »
Pas la peine non plus de tomber dans une psychose, analyse-t-il. Avec sept journées de courses, La Roche-Posay semble bien placée pour se maintenir. « Mais ceux qui n'ont qu'une ou deux courses par saison, ils seront morts. »
Pas question de rester inactif malgré tout. La Société des courses mène cette saison une enquête de satisfaction auprès de sa clientèle. Avec un premier constat : les spectateurs installés en tribune souhaitent ne pas bouger et avoir des animations entre les courses. Du coup, la remise des prix qui se fait actuellement à l'arrière devrait basculer devant le champ de course l'an prochain.
Avant cela, place aux deux dernières journées dont la prochaine le 6 septembre comptera pas moins de trois courses PMU télévisées. Et pour ne pas les manquer, il faudra changer ses habitudes la première étant fixée dès midi.
Résultats des courses :
1re course : 5, 6, 7, 1, 3 ;
2e course : 5, 4, 2, 6, 15 ;
3e course : 14, 10, 13, 9, 11 ;
4e course : 11, 12, 6, 3, 4 ;
5e course : 9, 4, 7, 10, 6 ;
6e course : 8, 13, 11, 6, 3 ;
7e course : 11, 3, 6, 4, 16 ;
8e course : 4, 3, 5, 11, 7.
L.G.

Montmorillon : au rendez-vous des tatoués


Cinq jeunes filles, plus ou moins tatouées, ont participé à cette première élection.
Ils sont venus par petits groupes, dès 20 h, horaire annoncé de début de manifestation – qui ne débutera au final qu'à 21h30 – aux abords du CAR (centre d'animation régional) de Montmorillon. Tout de suite, ils se sont reconnus comme faisant partie de la « famille » des tatoués. Difficile en effet de les rater : on cherche toujours sur certains les espaces encore vierges.
« Vous voulez nous poser des questions ? » Sous leurs airs de gros durs, Jessie (GCI Loco pour ses intimes facebookiens) et Teddy Dos Santos, venus de Jaunay-Clan, ont des choses à dire. Que c'est pas tous les jours facile d'avoir une passion aussi voyante, que ça fait du bien de se retrouver avec d'autres qui partagent les mêmes expériences, que ce serait bien que le regard des gens change un peu.
Valérie, de Châtellerault, raconte elle aussi volontiers la difficulté d'être une femme tatouée. Dur de trouver un job ou un petit ami quand le tatouage se fait plus voyant que ce que la mode actuelle tolère.
C'est pour rassembler cette famille qu'Angélique Gardie, tatouée discrète, a décidé d'organiser cette première soirée Miss Ink, après avoir monté l'an passé un premier concours sur Internet. La partie masculine a été abandonnée : seuls deux hommes s'étant manifesté. Chez les filles, cinq candidates. Cynthia, 23 ans, originaire du Puy-de-Dôme, a été élue Miss Ink ; Sindy, 29 ans, de la Vienne, sa première dauphine, elle est tatouée depuis 2 ans ; Justine, 24 ans du Cher, deuxième dauphine, Olivia, 36 ans, d'Alsace, tatouée depuis 14 ans et Léa.
Toutes sont venues vaincre leur timidité et s'offrir un podium qu'elles ne pourront avoir autrement. « Je faisais des défilés autrefois, témoigne ainsi Olivia mais j'ai dû arrêter à cause de mes tatouages. Ça ne plaît pas pour des défilés de lingerie. » Cette soirée leur permet de mieux s'assumer, racontent-elles. Avec à peine cinquante personnes en spectateurs, le chemin vers le grand public risque, en revanche, d'être encore long…
A voir également en vidéo sur lanouvellerepublique.fr et centre-presse.fr
Laurent Gaudens


VIDEO. Montmorillon : l'élection de Miss Ink... par lanouvellerepublique

dimanche 23 août 2015

Plongée dans le passé avec la Fête des blés

Démonstrations de battages à l'ancienne…
C’est à un retour aux campagnes du début du XX e  siècle qu’invite tout ce week-end à Champniers l’association du musée rural du Vieux-Cormenier.
 La Fête des blés, ça se mérite. Il faut d'abord la trouver et ne pas se fier au GPS qui persiste à vous envoyer dans les faubourgs de Civray. Comme un message subliminal des anciens dont c'est un peu la fête emblématique.
Ici, au Vieux-Cormenier, quand on finit par arriver, on comprend bien que la technologie, ce n'est pas vraiment le truc prisé. Ou alors celle d'il y a bien longtemps, quand on parlait de pistons et de bielle. Dans ce morceau de campagne du Sud-Vienne, on vient avant tout admirer ces vieux tracteurs dont on se demande comment ils peuvent encore rouler.
Mais, malheureusement, ces admirateurs se font de moins en moins nombreux, au grand dam d'Avelino Rodrigues, président de l'Association du musée rural du Vieux-Cormenier. « Ce sont des habitués qui viennent et surtout du troisième âge, déplore-t-il. On a du mal à attirer les jeunes. » Les champs de blé, ça n'est plus très tendance. « Ils préfèrent les boîtes de nuit », rigole le fermier présidentiel.
" Un peu toujours la même chose "
Il reconnaît bien volontiers que la fête des blés a comme un air de déjà-vu. « C'est la 42e, on est trop connus. C'est un peu toujours la même chose, tous les ans c'est pareil. On a du mal à amener des nouveautés ; On cherche des personnes qui pourraient amener autre chose. Et puis surtout, on manque de bénévoles. »
Pas sûr que les quelques présents en costumes d'époque sous la chaleur auront bien joué le rôle de facteur de renouveau. Néanmoins, ils seront encore là toute la journée pour faire revivre ce temps lointain des moissons qui réunissait tout un village dans les champs. Et, à l'époque, les jeunes étaient là…
  A voir également en vidéo sur lanouvellerepublique.fr et centre-presse.fr
pratique
Aujourd'hui, marché aux produits locaux. Moissons-battages et démonstration de labour.
16 h : spectacle de folklore « La Ronde des fins bois de Rouillac ».
Miget, vente de pains et broyés cuits au four à pain. Entrée gratuite.
A partir de 10 h, au Vieux Cormenier.
 Renseignements et réservations au 06.83.87.44.51 ou sur lecormenier.com.
Au lieu dit « chez Bernardeau » à Champniers.
Laurent Gaudens

VIDEO. Champniers : retour dans le passé avec... par lanouvellerepublique

lundi 13 juillet 2015

A Angles, l'artisanat fait le plein


De nombreux artisans effectuent des démonstrations de leur activité en direct devant le public.
 Même les organisateurs ne savent plus trop compter : 20, 30 ou 40 ans ? En tout cas, les Journées artisanales – qui ont fait suite à des journées médiévales, d'où l'incertitude des dates – sont bien inscrites dans l'histoire d'Angles-sur-l'Anglin. Le nombre d'artisans ne cesse de croître d'année en année. « 72 pour cette année », en a dénombré Christine Gluck, présidente de l'office de tourisme d'Angles-sur-l'Anglin, organisateur de la manifestation. Avec de nombreuses démonstrations et animations tout au long de la journée. « Il n'y a pas de programme, précise Michel Rideau, un bénévole. Il faut se promener, regarder tout ce qui est ouvert et rentrer pour voir. » Et parfois, s'apercevoir qu'on est rentré chez un habitant qui aérait tout simplement sa maison !
Pour tout savoir sur la laine
Au rang des petits nouveaux, il y a Gilles Parnaudeau et son école de la laine installés à Vasles, dans les Deux-Sèvres. Ils sont venus à plusieurs bénévoles et présentent toutes les techniques de transformation de la laine.
Si la laine ne vous inspire pas, nulle inquiétude, de nombreuses autres animations se poursuivront durant les deux prochaines journées : fabrication de briques à l'ancienne, campement médiéval, concours de costumes éphémères, exposition de lingerie féminine et enfantine du XIXe siècle… De quoi donner du courage pour arpenter les rues parfois pentues d'Angles.


VIDEO. Angles-sur-l'Anglin : le plein d... par lanouvellerepublique

Coulisses : et la photo ?

 

Bruno Belin y tenait : une photo avec la rockeuse Mademoiselle K, ça ferait bien. Aussi, en compagnie de Benoît Prinçay, président de la communauté de communes du Mirebalais et de Daniel Girardeau, maire de Mirebeau, le président du conseil départemental s'est déplacé vers le gîte où était logé le groupe dans le centre de Mirebeau pour obtenir le précieux cliché. Mademoiselle se préparant, l'aréopage a dû patienter un quart d'heure pour, au final, se faire gratifier d'un rapide « bonjour, vive la Vienne ! » par la chanteuse. Et pas de photo… Au grand dam de Bruno Belin qui maugréait, « ici, c'est moi le boss »… Il obtiendra quand même ce qu'il était venu chercher quelques minutes plus tard au bas de la scène. Écroulé de rire quand la rockeuse lui demande : « Je peux mettre un doigt sur la photo ? » Sex, drugs and rock'n roll…

Mademoiselle a du " K "... ractère

    


La chanteuse rock était à Mirebeau samedi dans le cadre des Heures Vagabondes. Pour un concert à l’énergie débordante à durée limitée.

 Mademoiselle K est une sale gosse. Un trublion tel que le rock n'en produit plus beaucoup. Dans la lignée des grandes icônes capricieuses et déjantées. Elle ne fait pas ce métier pour avoir à se soumettre à une quelconque autorité, comme elle a tenu à le montrer aux élus (lire ci-contre).
Samedi soir à Mirebeau, devant un public n'excédant pas 3.000 personnes, elle en a surpris plus d'un. Pas toujours en bien, comme ce couple qui, à l'âge de la retraite, a préféré rebrousser chemin, pliant sous le bras, dès les premières notes. « C'est bruyant, analyse Monsieur. Ça remue. J'avais regardé avant sur Internet mais comme on habite à côté on est quand même venu faire un tour. »
Les mains levées pour un unique rappel
Pour d'autres, le tour aura quand même été plus long. Sur les arrières de la place de la République, on en a même vu se lever de leur fauteuil et entamer quelques déhanchements. Défendant son dernier album uniquement en anglais – sa maison de disque lui en avait réclamé un en français… – Mademoiselle K a en effet montré une belle énergie. Accompagnée uniquement d'un bassiste-guitariste et d'un batteur, la demoiselle, tantôt à la guitare, tantôt au clavier, a apporté la preuve que le nombre sur scène n'était pas nécessaire pour assurer le spectacle. Dans les premiers rangs, serrés sur le devant de la scène, on n'a pas boudé son plaisir. Approchant même l'extase lors de l'unique rappel où elle a repris le tube de son album précédent, « Jouer dehors ». Les mains se sont levées pour accompagner son vœu, « j'ai pas envie d'être vieux ». Est-ce dans ce but qu'elle a mis un terme à sa prestation après à peine un peu plus d'une heure de scène, frustrant pas mal de ses fans ? Ou peut-être pour ne pas se plier aux règles de rappels multiples, tellement codifiées. Ou encore pour garantir sa réputation de ne jamais faire ce que l'on attend d'elle. Mademoiselle K est vraiment une sale gosse.
dates à retenir
Le festival des Heures Vagabondes connaîtra cette semaine deux autres temps forts :
> 17 juillet à Rouillé :
Collectif 13 (rock, rap, reggae, chanson française, électro).
> 18 juillet à Loudun :
Didier Barbelivien, l'un des auteurs les plus prolixes de la chanson française.
Laurent Gaudens

dimanche 12 juillet 2015

Sortis des bouchons on rêve d'aventure sur l'A 10

Les places étaient chères, hier, sur l'aire de Jaunay-Clan.
Toute la journée d’hier, l’aire de services de Jaunay-Clan a été prise d’assaut. Les vacanciers y étaient invités à se détendre autour du sport aventure.
 Ils s'étaient arrêtés là juste pour prendre un café et se reposer quelques minutes. Et les voilà, victimes consentantes, assaillis par un drôle d'énergumène. Charles Hedrich, adepte du sport extrême, est en effet là pour présenter ses aventures. Après un Lille-Orléans en sept heures la veille, Patrick et Françoise, en route pour Hendaye, se laissent prendre quelques minutes de leur temps d'embouteillage. « C'est sympathique, reconnaît Patrick, je ne le connaissais pas et c'est intéressant. Et puis ça sort des bouchons. »
" Je suis impressionnée "
Et pour sortir des bouchons, rien de mieux que Charles Hedrich : Dakar à moto, voile dans la Manche, escalade de l'Everest, traversée de l'Atlantique à la rame, Antartique, désert d'Atacama… avec ce spécialiste du sport aventure, on voyage. Et il a le bagout qu'il faut pour vendre son histoire même au plus réticent.
Comme Martine, Parisienne en partance vers Bordeaux pour ses vacances. A peine a-t-elle posé ses yeux vers les divers supports qui racontent son parcours que Charles Hedrich l'accoste pour lui dédicacer son livre. « Je suis impressionnée, explique-t-elle. C'est surtout la durée de ses expéditions, la résistance qu'il faut. »
Au chapitre de la résistance, même s'ils n'entreront pas dans le livre des records, beaucoup ont dû en avoir hier dans les bouchons qui ont ralenti la circulation tout au long de la journée sur l'A10. Comme cette famille en caravane de Seine-Maritime. « On voulait s'arrêter mais il a fallu qu'on fasse quatre aires pour trouver une place. »
A l'intérieur, c'était aussi le grand rush. « C'est une grosse journée mais on a bien anticipé », explique Jérôme Lefort, le gérant. Et, à son image, c'est tout le site qui a bien géré cette première grosse journée. Tant mieux car il y en aura d'autres.


VIDEO. Jaunay-Clan : sur l'A10, l'aire de... par lanouvellerepublique

vendredi 3 juillet 2015

Le long voyage de l'Hermione

jeudi 2 juillet 2015

Vienne : suivez les journalistes de la NR et Centre Presse sur Twitter


Pour suivre l'actualité de la Vienne, hormis le site de lanouvellerepublique.fr et centre-presse.fr ainsi que la page Facebook de la NR et celle de Centre Presse il y également Twitter. Vous pouvez ainsi vous abonner à @nrpoitiers  
Comme à @nrchatellerault   ou à @centre_presse   ou encore le compte spécial faits divers @NRCP_POITIERS   Ce sont les comptes officiels de nos titres, ceux où vous pourrez retrouver l'information vérifiée et publiée sur nos sites et dans nos journaux. A titre individuel, de nombreux journalistes de la rédaction sont aussi présents sur Twitter. Si vous aimez les à-côtés, les coulisses de l'info, leurs commentaires parfois acerbes ou leurs tweets au plus près de la source, n'hésitez pas à les suivre. Mais, comme on dit, leur parole n'engage qu'eux...                      

Michelin : il y a dix ans les ouvriers dans la rue


Il y a un an, un fort coup de vent faisait d'importants dégâts à Valdivienne.
L’annonce de la fermeture de l’usine Michelin à Poitiers jette les ouvriers dans la rue. Et la communauté d’agglo dans l’expectative. C’était en 2005.
C'était il y a un an
Le 30. Une trentaine d'habitations ont subi un violent coup de vent à Valdivienne. Arbres arrachés, cheminées tombées… Les dégâts sont nombreux.
Le 1er. Une structure qui accueille dans l'urgence les femmes et les enfants victimes de violences conjugales vient d'être inaugurée à Poitiers.
Le 2. Une centaine de jeunes se réunissent à la préfecture de Poitiers. Ils réalisent un service civique ; un engagement pour servir la société.
Le 3. Le futur dépôt des Tac (Transports en commun du Châtelleraudais) est en construction sur le site des anciens abattoirs à Châtellerault. Le transfert est prévu en octobre.
Le 4. Les Poitevins de Jabberwocky donnent un concert pour le festival des Éclats d'été devant 5.000 personnes.
Le 5. Les résultats du bac sont tombés. Les techno et les pros explosent le score.
C'était il y a dix ans
Le 29. 200 ouvriers de l'usine Michelin manifestent, une semaine après l'annonce de l'arrêt de la fabrication de pneus à Poitiers.
Le 30. La communauté d'agglomération de Poitiers présente ses perspectives d'actions économiques au moment où Michelin s'apprête à supprimer 432 emplois.
Le 1er. Le parc des Petites-Minaudières à Saint-Sauveur rouvre avec de nouveaux responsables après le départ de Christian Butruille.
Le 2. La mission régionale de santé rend publique la carte des zones fragiles en raison du manque de médecins, notamment dans les cantons de Charroux et des Trois-Moutiers.
Le 4. Le musée Sainte-Croix à Poitiers accueille jusqu'au printemps 2016 sept sculptures d'Auguste Rodin échangées contre six œuvres de Camille Claudel.
Le 5. Des Essarts à Tours, le Tour de France traverse la Vienne sur 20 km entre Pouançay et Vézières. Des milliers de spectateurs assistent au passage des coureurs.
C'était il y a 40 ans
Le 30. Premier festival de la Rose à Saint-Georges-les-Baillargeaux avec des milliers de roses.
Le 1er. La mairie lance des visites commentées pendant l'été de ses principaux monuments.
Le 2. 800 enfants en seize cars partent en vacances organisées par l'œuvre des pupilles de l'enseignement public de la Vienne (OPEP).
Le 4. Préréception de la piscine de Chauvigny dont les travaux sont presque terminés.
Le 5. Un Chauvinois Bernard Morillon champion de France des sonneurs de trompe.

mercredi 1 juillet 2015

Center Parcs : une histoire de cinq ans


Une frise chronologique rappelant les différentes étapes de la création de Center Parcs.
Petit bilan des articles les plus consultés, cette semaine, sur notre site Internet. Avec une frise chronologique résumant les étapes du projet Center Parcs.
Il y a le journal mais il y a aussi Internet. Tout au long de la journée, nos équipes publient des informations en quasi-direct sur le site lanouvellerepublique.fr (1). En voici un petit bilan.
> Center Parcs, cinq ans d'histoire. Center Parcs a officiellement ouvert ses portes lundi dernier avec 4.000 premiers touristes. Grâce à une frise chronologique, nous vous avons invité à revivre toutes les étapes du projet Center Parcs de la Vienne depuis ses premiers pas, en 2010, à son ouverture en juin 2015. Vous pouvez la retrouver ici http://goo.gl/4v7Tjg.
> Les articles les plus vus. Parus dans le quotidien et dès le matin sur notre site, certains articles ont été plébiscités par les internautes. Et cette semaine, c'est le viol et la tentative de meurtre sur une joggeuse à Poitiers qui a été vu 21.559 fois, sans compter les autres articles relatant les suites de cette affaire, tous en tête dans les classements. Derrière, l'incendie de l'entreprise Paprec à Chauvigny (8.505 vues) et le vol d'une caravane à Frozes (7965 vues) ont reçu une bonne audience. En dehors des faits divers, ce sont deux sujets sur l'aménagement qui vous ont intéressés : les travaux à la Porte de Paris à Poitiers (4.949 vues) et l'ouverture des Grands-Philambins le 19 août (4.676 vues), toujours à Poitiers.
> Info web. Une quinzaine d'articles web ont été publiés sur notre site internet la semaine dernière. Vous avez pu y découvrir vos rendez-vous habituels avec les sorties du week-en et notre quizz sur l'actualité, mais aussi de multiples informations diverses : l'arrivée de l'Hermione à Philadelphie, le Moyen-Age en fête à Nouaillé-Maupertuis, la cinquième édition de l'Urban PB, l'ouverture de Center Parcs, l'incendie de Paprec à Chauvigny, le lancement des Nuits romanes à Saint-Savin…
> Dossiers. Sur notre site, des dossiers vous permettent de retrouver facilement certains articles. Celui des « sorties du week-end à la carte » présente également les cartes des départements limitrophes et vous permettra de compléter vos informations.
La lingerie Indiscrète dévoilée
> Vidéos. Six vidéos ont été mises en ligne la semaine passée sur notre site. Dans le trio de tête des vidéos les plus vues, viol et tentative de meurtre (1.193), des navettes électriques à la centrale (1.152) ; 24 heures d'escalade à Vouneuil-sous-Biard (502) (2).
(1) Tous nos articles sont visibles soit directement sur le site Internet de la NR de la Vienne (www.lanouvellerepublique.fr/vienne) soit sur l'application smartphone (http://bit.ly/ybb5ch) (2) Retrouvez toutes les vidéos sur www.lanr.fr/videos86.
L.G.

lundi 29 juin 2015

Plongée dans les couloirs des temps médiévaux

   



Nouaillé-Maupertuis s’est remis à l’heure médiévale ce week-end. Des milliers de spectateurs sont venus faire un voyage inédit dans le temps.
Il a fait chaud hier à Nouaillé-Maupertuis et pas seulement à proximité des cracheurs de feu !
Sous un soleil de plomb, les spectateurs sont malgré tout venu en nombre en tentant de profiter des maigres zones d'ombre proposées par les murs de l'abbaye.
Entre 3.000 et 5.000 personnes, fourchette large des organisateurs, ont franchi l'enceinte du village médiéval ainsi recréé.
« C'est très bien, on est dans les mêmes eaux que d'habitude » se réjouissait ainsi Antoine Latour, président des Médiévales Nouaillé 1356. « Depuis 32 ans qu'on l'organise, les gens savent que le dernier dimanche de juin, il y a de l'animation à Nouaillé-Maupertuis. »
Les 250 bénévoles n'ont pas ménagé leur peine et ont bien sué sous leurs lourds costumes pour satisfaire les amateurs d'histoire et les simples curieux.
Scènes de village, « fabliaux médiévaux », des manipulateurs de feux, cavaliers ont animé tout l'après-midi avec deux moments phares : une pendaison en direct sur les remparts et le spectacle final « La Rançon du Roy ».
A voir également en vidéo et en diaporama sur lanouvellerepublique.fr et centre-presse.fr
L. G.

dimanche 28 juin 2015

Nouaillé-Maupertuis revit son Moyen-Age


Les Médiévales se déroulent cet après-midi à Nouaillé-Maupertuis. Une journée au XIVe siècle et sous un soleil de plomb.
Comme c'est le cas depuis maintenant 32 ans, le village de Nouaillé-Maupertuis s'est replongé dans son passé glorieux en organisant les Médiévales, une journée au XIVe siècle.
Saynètes, démonstrations, danses... tout un programme d'activités a permis aux spectateurs, entre 3.000 et 5.000 selon les organisateurs, de se plonger dans le quotidien d'un village du Moyen-Age.
Des scènes de vie de ferme à la pendaison d'une femme, on a flâné aux abords de l'abbaye en cherchant l'ombre. Tout doit se terminer à 18h par le spectacle final "La Rançon du Roy".
A voir également en diaporama


VIDEO. Nouaillé-Maupertuis : une journée au... par lanouvellerepublique

jeudi 25 juin 2015

Il y a un an, la Vienne reine des cyclistes


Manifestation de salariés à l'occasion des championnats de France de cyclisme.
En juin 2014, la Vienne accueillait le championnat de France de cyclisme sur route. Et des salariés en profitaient pour crier leur colère.
C'était il y a un an
Le 22. En raison du chantier de la LGV, la route qui passe devant chez Vincent Houllier à Marigny-Brizay a été coupée 15 mois. Il s'étonne qu'aucune indemnité ne soit prévue.
Le 23. Les maires de la Vienne se sont réunis. Ils s'inquiètent des baisses de dotations de l'État.
Le 24. De nombreux établissements de Poitiers et du Futuroscope affichent complet à l'occasion des épreuves de cyclisme sur route qui débutent.
Le 26. La Force d'action rapide nucléaire (Farn) s'exerce à la centrale de Civaux. En cas d'accident, elle n'aura que 24 heures pour intervenir et mettre en sûreté la centrale.
Le 27. 400 salariés profitent des championnats de France de cyclisme pour faire entendre leurs revendications.
Le 28. Le Département de la Vienne et un groupe d'investisseurs indiens envisagent des projets de développement autour du numérique et des loisirs.
C'était il y a 10 ans
Le 22. Ségolène Royal annonce vouloir faire plus en direction des manifestations culturelles du milieu rural.
Le 23. Dans un an, plus aucun pneu ne sortira de l'usine Michelin de Poitiers. La fabrication sera transférée à Tours. Poitiers ne conservera qu'une unité logistique forte de 50 salariés.
Le 24. le Secours catholique ouvre à Poitiers son " accueil de jour ". Un lieu qui veut privilégier la qualité d'écoute avec les personnes en difficulté.
Le 25. La déviation de Charroux, longue de 4,2 km, ouvre à la circulation.
Le 27. L'eau potable n'a plus coulé pendant quelques heures à Persac. La sécheresse a eu raison de la source. La commune s'est raccordée à un forage qui appartient à un irrigant.
Le 28. L'hôpital de Montmorillon va se doter d'un nouveau bâtiment de soins de suite et de long séjour dont l'ouverture est prévue courant 2006.
C'était il y a 40 ans
Le 23. Inauguration des nouvelles installations du Grand-Mirebeau, une des plus vastes communes de France avec 12.000 habitants.
Le 25. A Montmorillon, manifestation contre le chômage avec une trentaine de personnes.
Le 27. Les véhicules d'époque de compétition participent pour la première fois à la deuxième course de cote de Bonnes.
Le 28. Pierre Vertadier, maire de Poitiers, annonce le prochain jumelage entre la ville et celle de La Fayette aux États-Unis.

mercredi 24 juin 2015

Jason Picard se raconte dans un web doc


L'histoire de Jason Picard, que nous suivons depuis plus d'un an, rassemblée dans un web doc.
Petit bilan des articles les plus consultés, cette semaine, sur notre site Internet. Avec un web doc relatant l’histoire de Jason Picard, souffrant d’obésité.
Il y a le journal mais il y a aussi Internet. Tout au long de la journée, nos équipes publient des informations en quasi-direct sur le site lanouvellerepublique.fr (1). En voici un petit bilan.
> Jason se feuilletonne. Jason Picard souffre d'obésité morbide et a été opéré au CHU de Poitiers. Nous suivons son parcours depuis plus d'un an. Nous avons réalisé et publié un web doc relatant les différentes étapes jusqu'à la dernière rencontre qui a vu Jason perdre déjà 26 kilos. Vous pouvez encore revivre cette histoire en suivant ce lien http://goo.gl/KiU4pA
> Les articles les plus vus. Parus dans le quotidien et dès le matin sur notre site, certains articles ont été plébiscités comme celui évoquant un go-fast intercepté à Châtellerault (27.220 vues). Derrière, le programme de la fête de la musique dans la Vienne a attiré 8.357 vues et l'histoire du centre équestre monté au trop grand galop 5.555 vues.
> Info web. Toutes la semaine, notre site est alimenté et vous informe en direct. Grâce à nos dernières minutes d'actualité (36 la semaine passée) mais aussi par des articles plus développés. La semaine dernière, vous avez ainsi pu suivre le voyage de l'Hermione sur la côte des Etats-Unis grâce à deux articles mais aussi découvrir d'autres informations en primeur : un gala de boxe à la prison de Vivonne, le point sur les dessertes LGV, le non d'Alain Claeys à son entrée au gouvernement, le passage du bac philo ou le programme de la fête de la musique. Sans oublier vos rendez-vous traditionnels tels que la carte des sorties du week-end ou le quiz sur l'actualité de la semaine.
> Dossiers. Sur notre site, des dossiers vous permettent de retrouver facilement certains articles. Celui des « sorties du week-end à la carte » présente également les cartes des départements limitrophes et vous permettra de compléter vos informations.
La lingerie Indiscrète dévoilée
> Vidéos. Une dizaine de vidéos ont été mises en ligne la semaine passée sur notre site. Dans le trio de tête des vidéos les plus vues, celle sur la lingerie Indiscrète de Chauvigny (2.659 vues), les lycéens commentant l'épreuve de philo (1.027) ou l'animation « La vie en rose » à Châtellerault (764) (2).
(1) Tous nos articles sont visibles soit directement sur le site Internet de la NR de la Vienne (www.lanouvellerepublique.fr/vienne) soit sur l'application smartphone (http://bit.ly/ybb5ch) (2) Retrouvez toutes les vidéos sur www.lanr.fr/videoss86.
L.G.

jeudi 18 juin 2015

Emploi et bac préoccupent


Gros succès l'an passé pour la Fête des bisons à Valdivienne.
Il y a quarante ans, comme l’an passé, les préoccupations étaient les mêmes : l’emploi et les épreuves du baccalauréat qui commencent.
C'était il y a un an
Le 16. Les organisateurs de la 14e Fête des bisons à Valdivienne ont réussi leur pari. Le thème des années 80 a attiré un public toujours aussi nombreux.
Le 17. Alors que la grève des cheminots est reconduite, les usagers de la SNCF expriment leur ras-le-bol hier en gare de Poitiers.
Le 18. Alors que la coopération entre la Vienne et la ville de Shenzhen (Chine) fête ses 20 ans, les bénéfices économiques pour le département sont quasi nuls.
Le 19. La Fédération du Parti socialiste de la Vienne s'est choisi un nouveau premier secrétaire fédéral : il s'agit de Benoît Tirant.
Le 20. Cheminots grévistes de la SNCF, intermittents du spectacle et salariés de Federal Mogul manifestent, main dans la main, à Poitiers.
Le 21. Le groupe français Sagem annonce la signature avec l'Afrique du Sud d'un contrat sur des caméras thermiques fabriquées à Poitiers.
C'était il y a 10 ans
Le 15. Quinçay et Poitiers rendent un vibrant hommage au résistant Henri Rol-Tanguy. Avant de diriger en août 1944 l'insurrection parisienne contre l'occupant, il avait séjourné entre 1942 et 1943 dans la Vienne.
Le 16. La région n'a obtenu aucune des six nouvelles usines de biocarburants annoncées par le gouvernement.
Une seconde chance devrait être donnée en décembre pour celle de Melle qui vient d'être lancée.
Le 17. Le projet d'implantation d'une quarantaine d'éoliennes sur le plateau de Bellefonds ne laisse personne indifférent. La manne semble juteuse, mais la proximité du château de Touffou pose question.
Le 18. Après une semaine de vacances en Crête, le tout nouveau ex-Premier ministre Jean-Pierre Raffarin revient définitivement dans le Poitou.
Le 20. La quasi-totalité des délégués des mosquées et lieux de prière de Poitou-Charentes participent à l'élection du conseil régional du culte musulman.
Le 21. Une jeune Géorgienne disparue à Châtellerault est retrouvée à Paris.
C'était il y a 40 ans
Le 16. Les jeunes de la CGT et du PC défilent en voiture pour attirer l'attention sur les problèmes de l'emploi.
Le 18. 1.464 candidats bacheliers affrontent la première journée d'épreuves à Poitiers.
Le 19. Invasion de pucerons dans les blés. Les agriculteurs sont inquiets.
Le 20. Loudun et Châtellerault vont expérimenter les contrats de pays avec l'Etat.
Le 21. Enrico Macias en vedette au bois de Saint-Pierre.

mercredi 17 juin 2015

Le centre commercial a eu très chaud


L'incendie dans le centre commercial Leclerc a été couvert sur le Web heure par heure. Vous avez été nombreux à suivre ce triste événement.
Incendie au centre commercial de Leclerc à Poitiers, accident de poids lourd sur l’A 10, odyssée de l’Hermione… La semaine fut agitée, aussi sur le Web.
> Incendie au Leclerc de Poitiers. Durant toute la journée de mercredi, nous vous proposions de suivre, heure par heure, l'incendie signalé vers 11 h 15 dans le parking souterrain du centre commercial de Leclerc. Vous avez été nombreux à réagir à ce fait divers, la vidéo réalisée pour l'occasion atteignant même les 13.700 vues. Au final, le magasin a pu rouvrir ses portes vers 13 h 20. Deux jours après, nous vous informions qu'un suspect avait été écroué dans cette affaire.
Articles Web. En plus de ce reportage en deux parties sur l'incendie, neuf papiers Web ont été rédigés. Outre la carte des sorties du week-end et le quiz sur l'actualité de la semaine, nous avons continué notre suivi de l'Hermione dans son périple sur les côtes américaines, fêté les 70 ans du Secours populaire, ou encore dévoilé les poules de la ligue de football du Centre-Ouest. Le congrès du PS était toujours dans les esprits alors que nous évoquions comment Manuel Valls a recouvert la une polémique du Journal Du Dimanche avec celle de La Nouvelle République Dimanche. Enfin, nous vous informions des inquiétudes de Liséa à propos des dessertes de la future LGV, et de l'accident de poids lourd ayant bloqué l'A 10 pendant plusieurs heures mardi dernier.
> Les articles les plus lus. L'incendie du Leclerc aura vraiment été l'un des moments forts de cette semaine, puisque parmi les dix papiers les plus lus, quatre concernent cette actualité, le plus lu culminant à 11.937 vues. Dans le reste de ce classement, on retrouve beaucoup d'autres faits divers, comme la tentative de suicide d'un agent de l'agglo de Châtellerault (3.934 vues), ou encore l'accident du semi-remorque de Civray, jeudi (3.173 vues). D'autres sujets ont émaillé l'actualité, comme les orages et leurs incidences (5.074 vues), les bénéfices des restaurateurs après le congrès du PS (1.674 vues) ou l'avenir politique de Véronique Abelin (1.481 vues).
> Vidéos. Tandis que le reportage « Sa douche s'effondre dans la cage d'escaliers » dépassait les 105.000 vues, nous avons publié huit vidéos la semaine dernière. Vous avez été nombreux à vous intéresser au poids lourd couché sur l'A 10 (7.377 vues), à la nuit d'orage sur la Vienne (4.821 vues) et au centenaire du RICM (1.324 vues). La téléréalité chinoise d'Usseau (1.286 vues), la « cup song » des maisons de quartier de Poitiers (1.017 vues), la Vie en rose à Châtellerault (663 vues) et les aliments écolos du bétail d'Ingrandes (401 vues) ferment la marche.
B.L